écrivain

Ella Balaert, La lettre déchirée, présentation

Rentrée 2012: La lettre déchirée (Flammarion) a été retenue par le Ministère de l’Education Nationale pour faire partie des "Lectures pour les collégiens"
Paru en 1997 pour la première édition (c’était mon premier livre publié!), régulièrement réédité depuis sous des couvertures différentes.

Ella Balaert, La lettre déchirée, roman, 120 pages, Flammarion Jeunesse,  2012

ISBN 978 2081267251

Recommandations de lectures de la DGESCO – Direction Générale de l’Enseignement Scolaire:

  • " Auteur(s) : BALAERT Ella
  • Éditeur : Flammarion
  • Niveau de classe : 6e
  • Genre : récit – réaliste – apprentissage
  • Relation avec le programme : éducation
  • Mots-clés : solitude, famille, illettrisme

Présentation : Stéphane est un garçon de treize ans, fragile et secret, qui a réussi à cacher qu’il ne sait pas lire.

Pertinence et intérêt de la lecture : Drame intérieur d’un enfant solitaire confronté à l’illettrisme. Le sujet est grave, mais il est abordé avec pudeur et émotion et la fin apporte l’espoir."

Voir la fiche de la DGESCO ici: http://eduscol.education.fr/pid26480/liste-lectures-pour-les-collegiens.html

Résumé:

Stéphane, 13 ans en collège, ne sait pas lire. Tout le monde l’ignore, même sa mère, absorbée par ses propres difficultés.

A l’école, puis au collège, il a toujours su, jusqu’à présent, donner le change et faire illusion. Il préfère passer pour un  jeune difficile, fainéant,  provocateur, qui refuse de travailler, plutôt qu’avouer ce dont il a honte. Lire a l’air si naturel aux autres! Pourquoi, lui, est-il différent, pourquoi n’y  parvient-il pas?  Quel est ce tabou qui l’a empêché d’apprendre ?

Mais un nouvel ami va rompre, avec ses questions,  l’équilibre chèrement acquis. Stéphane va devoir remonter à l’origine de ses difficultés.

Presse:

« histoire très poignante d’un enfant qui arrive au collège en ayant réussi à cacher à tout le monde qu’il ne savait pas lire » Le parisien, 28 fev 98

« Cent vingt pages de plaisir !…De l’émotion, une fin heureuse, un texte vrai, authentique…ce petit roman fera également le bonheur des plus grands. » Nous voulons lire, n°121

« Parce que c’est profond, c’est dense, c’est intelligent, très intelligent, c’est magnifiquement écrit de petites phrases aux mots choisis sans jamais un vocable de trop ou de moins…Je ne puis m’empêcher de conseiller de lire ce petit livre toutes affaires cessantes.  Un petit bijou." Griffon : avril 97

« Dans notre monde de mots, celui qui ne sait pas lire est confronté à un isolement d’autant plus impitoyable que les autres « lisent comme ils respirent »…Des phrases brèves à l’image du silence dans lequel Stéphane se mure…L’auteur décrit  (le problème) « de l’intérieur » avec beaucoupde finesse. Une lecture précieuse » L’école des parents, juillet 97

« Quant au drame intérieur de l’enfant illettré, il est remarquablement évoqué, bouleversant. Un roman-témoignage à lire à partir de 12 ans et par les adultes. » Livres Jeunes, juin 97

« Cent vingt pages pleines de pudeur et de sensibilité pour raconter la solitude d’un illettré dans le monde moderne ». Inter CDI, oct 97

« Drame de l’illettrisme…une vraie souffrance, bouleversante, et un témoignage passionnant sur un grave problème de société pour inciter à plus de compréhension. » Notes Bibliographiques

"ce roman plein de sensibilité aborde un sujet grave mais n’est pas pessimiste. ». Petit page des libraires: « coup de cœur »1997

« Cet adolescent est bien de son temps, avec ses doutes, ses rêves et ses contradictions. Ce petit roman grave est propre à intéresser et émouvoir des lecteurs à partir de 12 ans ». Citrouille

-  Ouvrage présenté sur Canal J (« Cajou ») les 20 novembre et 27 novembre 97.

- Des fiches pédagogiques sont proposées  sur le site pédagogique:  weblettres. net et des questions d’étude suivie sur le site de pemf.fr

(me contacter si besoin de plus de détails)

- Une adaptation en lecture théâtralisée bibliotheatre LDBalaert, la lettre déchirée, par le bibliothéatre

en a été faite par le bibliothéâtre de St Barthélémy d’Anjou : spectacle avec deux comédiennes, Hélène Poussin (de la Compagnie Les pieds bleus à Figeac) et Céline Villalta, et un accordéon, à Loudéac en 2005. Contact: cielespiedsbleus@gmail.com

- Rencontres scolaires:

les enseignant(e)s éventuellement intéressé(e)s peuvent me contacter (onglet "contact") directement. Pour l es modalités, on peut consulter la page de la Charte des Auteurs ici: http://la-charte.fr/le-metier/rencontres/article/comment-inviter-un-chartiste.

- La Maison des Ecrivains et de la Littérature (MEL) propose aussi un Programme national unique de rencontres ponctuelles d’écrivains en milieu scolaire,  L’Ami littéraire, qui peut aider les structures d’accueil à financer les rencontres : Contact : Sophie Abellan ami.litteraire@maison-des-ecrivains.asso.fr

Merci à mes lecteurs, pour tous ces magnifiques  dessins que La lettre déchirée a eu le bonheur de leur inspirer !

Extrait:

"- C’est cela, dit-il. C’est exactement cela.

- Comment? On se demande si ton comportement n’est pas celui d’un illettré, et toi, tu approuves? Sais-tu ce que c’est, au moins, un illettré?

Non, bien sûr, Stéphane ne sait pas. Il ne savait même pas comment le prononcer, ce mot bizarre. Et alors? Tout ce qu’il voit, c’est que, même s’il n’est pas agréable, même s’il ne fait pas plaisir à sa mère, ce mot lui fait du bien, à lui. Ce n’est pas un ennemi, finalement, car pour la première fois, Stéphane n’a plus le sentiment de se battre seul contre le monde entier.

- Cela signifie que ton professeur te prend pour un imbécile qui ne sait même pas lire. Est-ce que tu te rends compte de l’image que tu donnes? Même pas lire! A ton âge!

Nous y voilà. Stéphane ne baisse pas les yeux. Advienne que pourra.

- Il a raison, maman. Je ne sais pas lire. Je n’ai jamais su.

La gifle est partie toute seule. La mère et le fils, debout de part et d’autre de la table, se regardent sans rien dire. La mère n’est pas fière: elle n’a pas l’habitude de frapper son enfant".

About these ads

Les commentaires sont fermés.