écrivain

Latest

Résidence à la Médiathèque Départementale de l’Oise dans le cadre de l’année de la femme, c’est fini!

Mémoire du travail de la femme dans l’Oise :  les générations se sont rencontrées dans huit bibliothèques du département autour d’objets de mémoire : outils de travail, objets fabriqués en usine ou en ateliers artisanaux, objets  de famille transmis aux plus jeunes… Ces rencontres furent chaleureuses et généreuses.

Merci aux participants et aux organisateurs de cette résidence ! La soirée de restitution au Musée de la nacre et de la tabletterie de Meru fut une vraie réussite.

On peut lire certains des textes sur le site de l’e-musée de l’objet.

Train pour Beauvais, tôt le matin

Train + Hôtel (15) - Copie

Le soir, de la chambre d’hôtel

train + hôtel (8) - Copie

A Gouvieux, en train d’expliquer je ne sais plus quoi !

gouvieux-2

photo d’isabelle Charbit

 
Gouvieux, outils de dentelière

Gouvieux (4) - Copie

Gouvieux

Fosseuse, Jean Dunil, dominotier

fosseuse dominos (7)dominos

ste geneviève (23)

Sainte Geneviève, Bernard Prodhomme, la nacre et l’ivoire

ste geneviève (3)

P1080440

Auneuil, Serge Son et la brosserie

AUneuil Serge Son (1)

Bibliothèque de Bailleval

Bailleval (16)

Bailleval, Marie-Claire Prothais et les carnets d’identité de ses vaches

Bailleval (21)Bailleval (18)

Bailleval, Annie Llorens et la fabrication des gants MAPA

Bailleval (1)Bailleval (5)

Montagny, objets de famille

Montagny (11) - Copie

 

Et si le thème de l’outil vous inspire, n’hésitez pas à enrichir les collections de l’e-musée!

Fictions de rue (22) : Supercalife

Jérôme-Mesnager-et-Nemo

Supercalife. Ce serait son nom. Quelque part entre Superman et Marie Poppins. Et comme eux capable de voler. Supercalifragilistietc, c’est impossible à dire. Quand il est bourré, il ne dépasse pas la quatrième syllabe. Or il est bourré. Sa tête tourne. La terre aussi tourne.  Dans le même néant noir. Il serait calife à la place du calife, il serait supercalife.

Parce qu’on est là les deux mains accrochées à la barre verticale d’un cheval de bois, mais si ça se trouve, il n’y a pas de barre, c’est juste une illusion, ce n’est qu’un bâton de neige, tant qu’on y croit on tient assis et puis brusquement, le cheval quitte le manège, hop ! Non pas pour caracoler librement dans les champs comme ça se passe dans le film, mais parce que tout à coup, ça n’existe plus et alors boum, on tombe. Fondus les cœurs de glace. Mais on s’en fout, pas vrai, barre ou pas, l’important c’est que la terre tourne, supercalifetc, l’important c’est qu’on y croie, c’est l’illusion qui fait vivre, vrai ou non qu’est ce que ça change. Même pas besoin d’ouvrir le parapluie.

Quand il s’écrase sur le sol, la tête la première, il tombe aussitôt en petites poussières blanches que le premier vent venu disperse.

 

Paris – Nemo et Jérôme Mesnager

 

Follow

Get every new post delivered to your Inbox.

Join 1,273 other followers