écrivain

Ella Balaert -Compte rendu des ateliers d’écriture en maternelle (Trosly-Breuil)

Une vraie gageure, à l’origine ! un atelier d’écriture avec des enfants qui ne savent pas encore écrire…il y en a qui n’ont peur de rien, pensai-je, la première fois, quand la directrice de l’école, Dominique Mauvais, m’a contactée au téléphone. Mais j’adore les défis, et ma curiosité était piquée… l’enthousiasme de Dominique (si elle m’entendait parler d’elle comme madame la Directrice, elle partirait de son inimitable rire de gorge) et des deux autres instits a fait le reste.

On est donc parti d’images, d’affiches, de reproductions – des petites et des grandes – . On a mis des mots sur ces images, des mots de tous les jours et des noms de personnage, qu’on a fait bouger, parler, rêver, voyager. Les histoires étaient nées. On les a enrichies, séance après séance, grâce aux dessins qu’entre-temps, les enfants avaient consacrés à nos récits. Les bouts de phrase et les bouts de dessin se répondaient. On était assis, en rond, par terre, un aréopage de chefs indiens en pleines discussions, ou sur des bancs. Les plus grands travaillaient dans l’impatience de voir leur livre fini. Les plus petits se concentraient, pas longtemps, mais énormément. Il fallait se pencher pour entendre ce qu’ils disaient, surprendre à la source un imaginaire encore un peu sauvage –et tant mieux. Et le poisson ? le poisson, il vole et il va voir mammy.

Enfin, tout s’est retrouvé collé ensemble dans un  récit: les mots, les bouts de mots, les syllabes, les dessins, les bouts de papier, de tissus, de feutrine, et même, le coton, le carton ondulé, le bolduc, le rafia, l’aluminium ou le papier bonbon, tout ce qui avait été récolté, déchiré, découpé, et dont les enfants, avec leurs maîtresses, ont fait trois gros, trois énormes, trois magnifiques  livres-objets,  un par classe.  Bravo aux enfants, aux instits – et à madame leur Directrice… .

(Quelques photos du résultat sont insérées dans le diaporama)

Comments are closed.