– littérature

Fictions de rue (10) : Le Chaos

11.-Vhils---Alexandre-Farto

Dans la plus grande confusion ça se cabossait sans cesse, en bas, dans le monde sous-terrien

— en surface une fissure était apparue —

Le chaos les concassait avec fracas, les roches dures, les pierres tendres, les granits insensibles, tout y passait, s’y écorchaient tous les rocs, les crânes des cailloux s’engageaient cahin-caha dans la fente encore étroite, tandis qu’en bas, dans ses entrailles convulsives, le ventre chtonien se préparait à l’expulsion

— en surface la faille béait —

alors soudain, le front bossué d’un homme se fit jour, puis un autre

au forceps les bras ferreux de la terre dut les tirer du grand désordre guerrier

et ça cognait et ça se caillassait encore, on ne savait plus pourquoi ces coups, ces cris, ces colères, Deucalion lui-même n’osait plus regarder par-dessus son épaule.

Alors dans un grand bâillement la terre  croqua tous ces conquérants au cœur de pierre.

 

 

Paris – Vhils

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s